Julie Laussat alias Julie Pancakes

C’est décidé, cette année vous vous lancez dans votre premier potager ! Mais par où commencer ? Quelles variétés choisir lorsqu’on débute ? Comment réussir ses premières cultures ? Peut-on associer fleurs & légumes ? Pour répondre à toutes ces questions, c’est vers Julie Pancakes que je me suis tournée.

Cofondatrice de Veir Magazine, dédié au jardinage écologique et urbain, cette nana aux multiples casquettes est également autrice pour Hachette avec 4 livres autour du zéro déchet, mais également autour du potager avec son très chouette « Un potager les doigts dans le nez, toi aussi tu peux le faire ! », chroniqueuse pour un journal local, cheffe du #gangdestomates sur Instagram, et autrice du blog Banana Pancakes.

Avant tout, merci Julie de m’accorder de ton temps pour partager avec nous tes précieux conseils.

1- Par où commencer ?

La première chose c’est de savoir ce que l’on aime manger. Ensuite, en fonction de la place que l’on a, et de l’exposition de son potager, on va pouvoir choisir ses premières variétés. L’idéal est de commencer par des légumes simples à faire pousser, comme les salades ou les radis, car c’est galvanisant de voir que l’on a réussi, et de manger notre récolte.

2 – Justement, quelles sont les variétés les plus faciles pour se lancer ?

Contrairement à ce que l’on croit, la tomate n’en fait pas partie car elle a besoin de profondeur pour grandir, de beaucoup de soleil et de temps pour murir, et qu’elle est sensible aux maladies. C’est d’ailleurs le cas de tous les légumes fruits, comme les courgettes, les aubergines ou les concombres.

On choisira donc plutôt les aromates, fraises, salades, radis, tomates cerises, piments, navets, ou betteraves. Certaines se cultivent très bien en pot, ou dans de longues jardinières.

serre en bois pour le jardin
Crédit photo : @magnolia

3- Quelles sont les meilleures associations ? Peut-on associer fleurs & légumes ?

Je ne vais pas donner le même conseil que tout le monde, mais, pour commencer, je dirai que ce n’est pas très important, l’essentiel est l’espace que l’on va laisser à chaque plant.

Après, planter en optimisant l’espace : sous les tomates des petits radis par exemple, et, dès qu’on a un trou, planter des capucines, ou des œillets d’inde, que l’on appelle des plantes martyres, car elles vont se faire manger par les pucerons à la place de vos plants.

Mettre des fleurs également autour du potager, en privilégiant des espèces mellifères. Ainsi les abeilles, bourdons, papillons vont pouvoir se nourrir de leurs nectars, et, en butinant, polliniser vos plantes. C’est la fécondation de la fleur, qui permet d’obtenir des fruits et des légumes. Les tournesols nains sont aussi très sympas car ils attirent les oiseaux, qui vont se régaler de vos limaces, ennemi n°1 de nos cultures. Oubliez le balcon pour ces derniers, et offrez-leur une exposition sud est.

4- Quels sont les outils dont je vais avoir besoin ?

Pas grand chose pour débuter ! De bons gants, un transplanteur, et une bonne paire de ciseaux, ou un sécateur. Si vous faites votre potager en pot sur votre balcon, ça suffit ! Pour un carré, ou de la culture directement au sol, une binette, une pelle, un râteau..

Vous trouverez tout cela pour trois fois rien chez Emmaüs, en vide-grenier, en dépôt-vente, trocs de plantes, le bon coin, voire gratuitement sur Geev. Pensez aussi à partager vos outils avec vos voisins, surtout ceux dont on se sert moins souvent.

5- Où trouver mes plants ?

Le plus simple, où l’on a un large choix, ce sont les grandes enseignes, qui proposent de plus en plus de plants bio et / ou issus de petits producteurs. Les petites pépinières près de chez soi, les trocs de plantes, les échanges avec les voisins ou les copines, la famille, au marché (mais c’est très inégal selon les lieux)… On trouve aussi des dons ou trocs en ligne, notamment sur des groupes facebook dédiés comme celui-ci.

6- Quels semis faire au printemps/été ?

En cette saison, on peut tout faire ! Avec d’un côté les variétés aux cycles courts, que l’on va pouvoir consommer rapidement comme les carottes primeurs, ou les radis. Et de l’autre, les variétés aux cycles longs, que l’on va semer entre avril et juin pour une récolte à l’automne ou à l’hiver comme les courges, les poireaux, ou les choux.

7 – Comment bien planter ?

plantation potager
Crédit photo : Veir Magazine

Au bon moment pour commencer : le matin, ou le soir, pas en pleine journée lorsque le soleil tape. Il faut garder en tête qu’on va le stresser en le plantant. Il a déjà quitté sa serre où il était bichonné, il faut donc le faire tranquillement, quand il ne fait pas très chaud, idéalement avant quelques jours doux ou pluvieux. A moins de cultiver en pots ou en carrés avec du bon terreau déjà enrichi, on aura au préalable nourri la terre avec de l’engrais organique, et du compost.

Après, on plante en tassant bien, en ajoutant un tuteur si besoin, pour les légumes comme les tomates, et en arrosant copieusement.

Pour finir, on le laisse tranquille quelques jours, en allant surveiller chaque jour. Il risque de faire un peu la tête au début, mais c’est normal, c’est simplement le stress.

8- Peut-on cultiver toute l’année ? Si oui, a-t-on besoin d’une serre ?

C’est une bonne question ! Cela dépend d’où l’on habite !

Dans les régions aux climats doux comme la Bretagne, on peut cultiver toute l’année en extérieur. Les radis, poireaux, choux supportent des températures très basses. La plupart vont résister au gel si cela ne dure que quelques jours. Si cela se prolonge un peu, on couvre avec un voile d’hivernage, et c’est bon. Dans les régions aux climats rigoureux par contre, là on peut installer une serre, ou, plus simple, un tunnel, pour garder une température entre 5 et 10 degrés, ce qui permettra de faire vivre pas mal de légumes d’hiver. C’est aussi l’atout du balcon, plus petit, abrité, les plants sont protégés. Tout en sachant que le potager est tout de même moins prolifique que l’été.

9- Que doit-on faire au potager en hiver ?

C’est le moment parfait pour nettoyer, retirer les plants morts, mettre un peu de compost pour éviter que la terre ne gèle et ne soit trop dure au printemps.

Si vous êtes motivée, vous pouvez cultiver des « engrais verts », comme la moutarde, qui vont nourrir le sol. Au printemps, vous n’aurez qu’à la couper, et la mélanger à la terre. Cela va se décomposer, et apporter beaucoup d’azote, dont sont très gourmandes les tomates, courgettes et aubergines.

Le saviez-vous ?

Contrairement à ce que l’on croit, l’automne est le meilleur moment pour commencer un potager, surtout en permaculture, car on aura rien à faire pour nourrir la terre. Il faudra simplement défricher la parcelle, ajouter du compost, du sable, pailler, et laisser comme ça jusqu’au printemps. A ce moment là, on aura une super terre pour planter !

10- Enfin, quelles sont les erreurs à ne pas faire ?

Il y en a plein, mais c’est comme ça qu’on apprend !

Ne pas oser mettre les mains dans la terre, trop arroser, ou pas assez, ne pas aller voir son potager chaque jour, intervenir au moindre soucis (feuille un peu jaune, petit insecte), alors que souvent la nature se régule toute seule.

Merci encore Julie pour ces conseils ! Pour aller plus loin, je vous conseille chaudement son livre qui est vraiment très chouette, pensé pour les novices, avec une tonne de conseils, des projets potagers clés en main, et beaucoup d’humour. Elle vous le présente en détails dans cette IGTV.

Extrait du livre Un potager les doigts dans le nez

Et, bien sûr, Veir Magazine, qu’elle a co-fondé avec Laëtitia Roux.

un-potager les doigts dans le nez
Magazine pour les néo-jardiniers Veir

Retrouvez également Julie sur son blog, et son compte Instagram.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici